Pour être informé, abonnez-vous au Progrès

C’est devenu une mauvaise habitude de la part de la nouvelle équipe majoritaire du conseil municipal.

Pour être informé des mauvais coups préparés dans le secret de quelques cabinets obscurs, il faut lire la presse comme en témoigne le nouvel article du « Progrès » paru le 16 août (cliquer ici pour lire l'article). Exit les élus, les commissions, le conseil municipal, le maire Christian Beffy communique par médias interposés.

Cette fois, il confirme le report (l’annulation ?) de la construction de la résidence séniors tant attendue. Toutefois, devant la levée de boucliers suite à l’annonce impromptue de cette décision lors du dernier conseil municipal par le premier adjoint, il tente de « noyer le poisson » en évoquant de vastes projets en réflexion.

Mais quels projets ?

Une maison de retraite accessible financièrement à tous est-elle possible ? Rien n’est moins certain, un maire n’a pas le pouvoir d’en décider. Alors une maison de retraite privée, beaucoup plus onéreuse pour les résidents mais une bonne affaire pour les propriétaires fonciers concernés, aurait-elle les faveurs du maire et de Mr. Dussurgey ?

Quant à la maison de santé, « pour laquelle nous n’avons pas pour le moment de partenaire » précise Mr. Beffy,  il faudrait peut-être interroger les praticiens avant tout et réfléchir à son éventuel emplacement.

Il convient de rappeler (voire même peu être d’informer) les nouveaux élus de la majorité dont certains découvrent la vie brindasienne, que l’emplacement retenu pour la résidence séniors a été choisie, près du village, en concertation avec les Brindasiens.

Pourtant, Mme. Receveur, adjointe à l’intergénérationnel, à priori concernée au premier chef par le sujet (mais a-t-elle eu droit au chapitre ?) et Mr. Pécollet, fidèle supporter et semble-t-il conseiller de l’ombre de l’actuelle majorité, avaient voté en faveur de ce projet qui tenait tant au cœur de nos séniors.

Mais voilà, concertation, débats, consultation sont des mots qui reviennent sans cesse dans la bouche des princes qui veulent nous gouverner, mais dans les faits ….. !!!!

Et puis, malgré ces projets éloignés du centre-bourg et reportés aux calendes grecques, pourquoi ne pas maintenir la réalisation comme prévu de la résidence seniors ? Ca ne serait ni contradictoire, ni insensé.

Nous touchons là un problème grave et inquiétant. N’assistons-nous pas au premier pas conduisant au démantèlement de la ZAC des Verchères ? Et quid de la convention signée avec l’OPAC pour la réalisation de cette résidence ? Il faut également savoir que cet organisme a été retenu pour l’aménagement de cette zone. Quelle confiance peut-il accorder à un maire qui renie un engagement signé ? Dans quelle ambiance vont se dérouler les discussions futures ? Combien cela risque de coûter à la commune ? S’agit-il de laisser place à des promoteurs privés ?

Nous sommes bien obligés  de nous souvenir que Mr. Dussurgey, qui n’habite pas à Brindas, ne s’est rappelé aux bons souvenirs des Brindasiens que lors de l’évocation de la réalisation de la ZAC des Verchères. En tant que principal propriétaire foncier de la zone concernée il s’est toujours opposé farouchement à ce projet.

Des mauvaises langues, dont nous ne sommes pas, prétendent même que c’est le motif de sa candidature à la mairie.  

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau