conseil du 2 juin

C’est dans une ambiance plus sereine et devant un public toujours plus nombreux, que s’est déroulé le conseil municipal du 2 juin.
A l’ordre du jour, notamment, la mise en place des commissions municipales.
Comme demandé par C.Agarrat et R.Ménétrier lors du précédent conseil, les commissions communication et lien inter générationnel ont été enfin créées. Nous ne pouvons que nous en féliciter.

A contrario, le nombre de délégués dans les commissions est resté scotché à 11, avec toutefois la création de manière quelque peu alambiquée d’une suppléance pour la liste BPP. Les commissions urbanisme (13) et communication (6 + 2 suppléants) constituent l’exception. Tout ceci n’est franchement pas très simple à suivre. C’est à se demander ce que craint la majorité en place lorsqu’il s’agit de se mettre en mouvement et d’impliquer le plus grand nombre, au-delà de sa propre liste. A moins que ceci cache des difficultés internes à mobiliser les élus de cette majorité !

La délibération portant sur l’installation des ces commissions a donc été votée à l’unanimité moins une voix. En effet, Mme Nacke, élue de la majorité a expliqué ne pas être d’accord avec le nombre de 13 membres pour la commission urbanisme estimant que cela  « ne reflétait plus le résultat des élections » (3 élus BVEB et 2 BPP et 8 pour la liste majoritaire). La tentative de retour à une certaine raison opérationnelle, de la majorité, ne semble pas être appréciée par tous ses élus.. 

Les questions diverses ont donné lieu à un vif débat concernant l’application de la réforme des rythmes scolaires. En l’absence de l’adjointe en charge de cette délégation, les réponses servies par M.Dussurgey sur la gestion de ce dossier ont paru quelques peu embarrassées.

A la question précise soulevée par Xavier Mallauran, concernant le service de transports et l’ouverture de la cantine le mercredi midi, c’est une nouvelle fois Mme Nacke qui s’est distinguée en s’offusquant de l’inquiétude des parents pour ces problèmes, qui, d’après ces dires seraient « simplement d’ordre technique ».

Peut-être n’a-t-elle pas encore mesuré l’impact de cette gestion du temps des enfants pour les parents et la complexité ainsi que le coût d’un ramassage scolaire qui ne peut s’envisager que dans le cadre du territoire élargi de la CCVL  (Communauté des Communes des Vallons du Lyonnais) !!!.

En désespoir de cause et pour essayer de sortir la tête haute de ce faux pas, le faisant office de Maire nous a assuré en conclusions que « des choses très précises se font sur ce sujet».

Les vacances approchent et la rentrée de septembre avec, mais attendons de voir. 

Face à ces réponses insatisfaisantes, Mme Agarrat a demandé expressément à ce que la commission affaires scolaires se mette effectivement au travail et soit réunie dans la semaine. 

Profitant des questions diverses, Christiane Agarrat, élue de Bien vivre Ensemble à Brindas et vice présidente à la CCVL a présenté un point sur les importants bouleversements que va vivre très prochainement notre territoire communautaire.  En effet, le Préfet du Rhône a adressé à l’ensemble présidents des intercommunalités et des Maires une directive les enjoignant à prendre position en regard des enjeux liés à la réforme des territoires. L’un des sujets majeur concerne le regroupement des intercommunalités.

Au-delà, c’est la politique de l’habitat et la mise ne place d’un PLU intercommunal qui est à construire. Sur le volet finances, l’objectif assigné par l’état concerne la recherche de mutualisation des dépenses « sources » des communes. (Pour plus de détails, voir l’intervention de C.Agarrat lors du conseil)

Il se précise de plus en plus que les enjeux de cette mandature ne seront pas uniquement centrés sur les problèmes du village, mais bien sur un territoire élargi en pleine transformation et dont les contours restent encore à dessiner. Gageons que cette nouvelle majorité saura rapidement prendre la mesure de ces enjeux pour adapter son rythme qui ne pourra pas éternellement rester scolaire.

conseil municipal rythmes scolaires reforme de la territorialité

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau