cr du conseil du 5 mai

Ce deuxième conseil municipal de la mandature, toujours en l’absence du Maire pour raisons de santé, s’est déroulé dans la plus grande confusion devant un très nombreux public, bien souvent médusé par la tournure rocambolesque prise par les évènements.

L’amateurisme, l’impréparation et la méconnaissance des dossiers de l’équipe majoritaire, menée pour l’occasion par le 1er adjoint Monsieur Dussurgey (qui a monopolisé la parole dans son camp) ont éclaté au grand jour.
Toutefois, cette majorité avait au moins bien préparé son coup sur un point : fermer l’expression démocratique de ses oppositions !

En effet, contrairement aux mandats précédents, elle s’est attribué tous les postes de délégués municipaux dans les syndicats intercommunaux. De même, elle a réduit au strict minimum légal la présence des minorités, représentant quand même 57% des Brindasiens, dans les organismes dont la commune est membre.

Qu’il est déjà loin le temps des promesses d’ouverture et de concertation de la campagne électorale !                           

 L'ordre du jour passait sous silence l’élection des trois représentants brindasiens au comité de pilotage du SYTRAL. Le sujet est toutefois venu en discussion sous la pression des groupes d’opposition, mettant en grande difficulté Monsieur Dussurgey.

Alors que nous savions qu’il s’était autoproclamé avec deux membres de son groupe pour représenter notre commune, il a tergiversé, évoquant l’élection au prochain conseil du 2 juin (alors que la réunion du comité est prévu pour le … 19 mai !).

Finalement, pris qu’il était les doigts dans le pot de confiture, il a été contraint de proposer en catastrophe une élection sur le champ. Dans la panique parmi ses troupes Madame Agarrat et Monsieur Ménétrier ont été élus à ses côtés à ce comité.

Cette affaire est inquiétante pour notre commune car à l’opacité voulue par l’actuelle majorité s’ajoute le désir de cacher ses véritables intentions, ce dont nous n’avons hélas jamais douté.

Malgré cela, une bonne nouvelle pour les Brindasiens. Sans rire, Monsieur Dussurgey a affirmé que son groupe n’était, et n’est pas, défavorable à l’adhésion au SYTRAL. Quand on se rappelle de ses déclarations et de celles de Monsieur Beffy à ce sujet …. !

 En abordant la création des commissions municipales la soirée a atteint son paroxysme dans la confusion.

Le fait de la désignation d’un nombre réduit d’élus en leur sein (11 au lieu de 15 précédemment) permet là aussi d’essayer de museler l’expression démocratique. Il a bien fallu constater l’absence de 2 commissions importantes, celles de la communication et de l’action sociale et lien intergénérationnel.

Les réponses évasives et tarabiscotées  de Monsieur Dussurgey n’ont convaincus personne quant à sa sincérité et son professionnalisme de responsable municipal.

La preuve en a été donnée, dans la chienlit ambiante, par l’abandon des élections pour ces commissions municipales, Monsieur Dussurgey s’avérant incapable de mener à bien les débats.

Cela signifie que nous ne pouvons toujours pas travailler efficacement dans cette municipalité auprès d’une majorité qui navigue à vue. 
 Au chapitre des délégations de compétence du conseil municipal au Maire, ce dernier s’est vu déléguer, malgré le désaccord des groupes d’opposition, un pouvoir personnel exorbitant. Notamment le droit de décider seul la réalisation d’emprunts à hauteur de 1 million d’euros et de s’attribuer le droit de préemption. Des décisions capitales, engageant financièrement la commune, seront donc prises dans le secret des bureaux de la mairie.

 Enfin, le dernier point de ce conseil mémorable a révélé au grand jour le projet phare de ce début de mandat : réviser le PLU !

Mais pourquoi et surtout pour qui ?

Profitant d’une remarque préfectorale mineure sur le nouveau PLU approuvé début 2014, le projet de délibération, libellé sous forme de propagande électorale, proposait tout simplement « de décider de la mise en révision du PLU ».

Heureusement, l’intervention conjointe de la Préfecture et du SOL (Syndicat de l’Ouest Lyonnais) a conduit l’exécutif à retirer cette délibération de l’ordre du jour.

Cette tentative sournoise de mettre à mal 3 années de travail  et de concertation (sans oublier le coût d’une telle opération) au profit de quelques uns a démontré, encore une fois, l’ignorance des procédures et la méconnaissance des dossiers de la part de la nouvelle majorité relative qui préside aux destinées de Brindas.
 Le bilan des deux premiers conseils municipaux est par conséquent très inquiétant pour les Brindasiens.

Espérons que pour l’avenir, une fois que cette équipe aura enfin compris le fonctionnement d’une municipalité et pris conscience de ses responsabilités, le conseil municipal puisse œuvrer collectivement, en respectant les différences, dans l’intérêt général de la commune.

 Pour notre part, nous sommes prêts à relever ce challenge

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau